Extrait du livre « Vivre de notre terre —La quête d’une vie plus simple dans un monde complexe » de Marcus Grodi, publié en 2015

LIFE FROM OUR LAND – The search for a simpler life in a complex world

Chapitre 9 : Notre avenir économique (et la théorie des limites)

 

 

Nous vous proposons ci-dessous la traduction libre du chapitre 9 du libre de Marcus Grodi que nous conseillons à toute personne désirant se lancer dans l’agroécologie et la permaculture.

 

L’économiste EF Schumacher a écrit : « Ce n’est pas la technologie ; c’est le “système”. Peut-être qu’un “système” particulier a donné naissance à cette technologie ; mais maintenant c’est un fait que le système que nous avons est le produit, le produit inévitable, de la technologie. À mesure que je compare les sociétés qui semblent avoir des “systèmes” différents, les preuves semblent accablantes : lorsqu’elles utilisent la même technologie, elles agissent de la même manière et se ressemblent chaque jour davantage. Le travail inconscient dans le bureau ou l’usine est également stupide sous n’importe quel système. Je suggère donc que ceux qui veulent promouvoir une meilleure société, parvenir à un meilleur système, ne limitent pas leurs activités aux tentatives de changer la “superstructure” : lois, règles, accords, impôts, bien-être, éducation, services de santé, etc. Les dépenses engagées pour essayer d’acheter une meilleure société peuvent être comme verser de l’argent dans une fosse sans fond. S’il n’y a pas de changement dans la base — c’est-à-dire la technologie — il est peu probable que la superstructure change vraiment ! »

 

 

Table des matières

 

Extrait du livre « Vivre de notre terre —La quête d’une vie plus simple dans un monde complexe » de Marcus Grodi, publié en 2015      1

Chapitre 9 : Notre avenir économique (et la théorie des limites)……………………………………………………………… 1

  1. Introduction……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. 1
  2. Se centrer sur le stable et la tradition établie………………………………………………………………………………………….. 5
  3. Réduire les voix et les bruits inutiles……………………………………………………………………………………………………………… 7
  4. Réduire les dépendances et enchevêtrements financiers……………………………………………………………….. 8
  5. Pratiquer la subsidiarité personnelle…………………………………………………………………………………………………………. 10
  6. Vivez plus simplement………………………………………………………………………………………………………………………………………….. 11
  7. Considérez une vie plus autosuffisante sur la terre…………………………………………………………………………. 16
  8. Passez plus de temps pour Dieu……………………………………………………………………………………………………………………. 18

 

 

 

1.    Introduction

 

Alors ils dirent : « Allons, construisons-nous une ville et une tour jusqu’au sommet des cieux, et que nous nous fassions un nom, de peur que nous ne soyons dispersés sur la face de toute la terre ».

– Genèse 11 : 4

 

Alors que je me détends sur le porche arrière, en sirotant mon verre de choix, en observant avec joie une pelouse fraîchement tondue et un jardin qui n’a pas encore besoin de désherber, beaucoup de choses passent à travers mes vieilles cellules cérébrales.

 

Compte tenu des nouvelles quotidiennes, tout semble se focaliser autour des préoccupations de notre culture économique actuelle : plus précisément, comment ma famille et moi vivons nos vies et notre foi dans ce monde moderne, industriel, progressiste, politiquement instable.

 

Une synapse cérébrale s’est déclenchée, et je me suis souvenu de quelque chose d’un cours de calcul, il y a de nombreuses années, quelque chose appelé la théorie des limites.

Maintenant, j’ai certainement oublié beaucoup plus que je n’ai jamais appris, mais je me souviens d’un graphique associé à une vieille énigme appelée le paradoxe de la dichotomie de Zeno. Si vous êtes debout à cinq pieds d’un mur et commencez à marcher vers lui, avec chaque étape égale à la moitié de la distance restante au mur, combien de pas et combien de temps cela vous prendra-t-il pour atteindre le mur ? La réponse dans les deux cas est infinie ; en d’autres termes, vous n’atteindrez jamais le mur. Vous vous rapprocherez de plus en plus, mais à chaque pas vous atteindrez seulement la moitié de la distance entre vous et le mur.

Il y a plusieurs façons de visualiser cette énigme, mais une façon est avec le graphique ci-dessus. Chaque point et l’augmentation verticale d’une unité représentent chaque étape à mi-chemin horizontalement vers le mur. (Maintenant, vous tous, mathématiciens et économistes, respirez — je fais de mon mieux.)

 

Ce qui m’étonne, c’est comment ce graphique semble représenter tout ce qui se trouve dans notre condition humaine actuelle.

 

Prenez, par exemple, l’histoire des communications. Si l’axe horizontal de ce graphique représente le temps, alors chaque point représente les grandes avancées dans la communication à travers l’histoire de l’humanité. L’humanité est restée pendant des siècles avec seulement des communications verbales ou manuelles et en grattant des symboles sur des rochers. La communication à longue distance nécessitait soit de crier plus fort et d’agiter avec plus de force, soit d’envoyer des messagers (« apôtres »), soit de passer autour de comprimés cunéiformes séchés boueux. Alors quelqu’un a inventé le papyrus et le papier et la craie et l’encre et les plumes et la reliure, mais encore, pendant des siècles la communication distante se limitait aux cris, aux messagers, et à la copie manuelle.

Puis l’imprimerie est apparue et l’édition de masse, puis les stylos à plume, machines à écrire, télégraphes, téléphones, haut-parleurs, radio, télévision, ordinateurs, téléphones cellulaires, Internet, courrier électronique, textos, smartphones, réseaux sociaux, etc., et cetera, et cetera, et vous obtenez ma dérive. Encore une fois, notez l’accélération de ces progrès, ou devrais-je dire, des changements dans la façon dont nous communiquons. Maintenant, chaque jour apportant de nouveaux progrès en matière de communication et de nouveaux produits, il ne sert à rien d’acheter quoi que ce soit, car demain il sera obsolète. Nous n’avons aucun moyen d’identifier ou de prédire la trajectoire ou le but de ce progrès dans les communications. Nous vivons sur la pente d’accélération verticale d’une révolution des communications qui n’a pas de destination prévisible.

Prenez, pour un autre exemple, l’histoire du voyage. Pendant de nombreux siècles, les hommes ont voyagé à pied ; puis vint l’usage des animaux, puis de la roue, puis des voitures, des chariots et des chariots. Ces améliorations ont porté les hommes pendant des siècles, jusqu’à l’âge industriel qui nous a apporté la bicyclette, le bateau à vapeur, le train et l’automobile, et puis l’avion et l’espace Voyage et le Segway Personal Transporter et ainsi de suite.

Ce qui est significatif, illustré par le graphique, c’est que l’accélération de ces progrès a atteint une telle vitesse que nous n’avons vraiment aucun moyen de prévoir où voyager dans cinquante, vingt-cinq, cinq ans ou même dans un an. Nous ne pouvons pas non plus identifier la trajectoire ou le but de ce progrès dans le transport. Nous vivons sur la pente d’accélération verticale d’une révolution du voyage qui n’a pas de destination prévisible.

Ce même phénomène d’accélération historique est vrai de presque tous les aspects de nos vies : le commerce, l’information, les marchés, les styles vestimentaires, les biens et services, les soins médicaux et l’assurance, et en particulier le changement lui-même.

 

Il fut un temps où les gens vivaient toute leur vie avec peu de changements dans l’une de ces choses : depuis leur naissance jusqu’à leur mort, ils voyaient à peine des changements dans les vêtements, la communication, les voyages, la cuisine ou même la politique.

 

Pour nous qui vivons sur la pente verticale du changement dans tout, l’angoisse d’essayer de vivre dans cette culture accélérée de progrès présumé s’accélère aussi, comme l’illustre l’homme sur le graphique de droite.

Ceci explique pourquoi ce graphique décrit aussi l’accélération du crime et des drogues, le divorce et les vies brisées, même l’acceptation jusqu’alors inavouée des modes de vie immoraux, ainsi que l’augmentation des suicides et l’intérêt pour l’euthanasie.

 

Significativement, le graphique décrit aussi l’augmentation de notre dette nationale, mondiale et personnelle et fait intéressant, l’augmentation historique des persécutions et des martyres de ceux qui essaient de défendre ce qui a toujours été connu comme étant juste, vrai et beau. Il dépeint même les défis croissants à notre liberté religieuse dans cette « terre de la liberté et la maison des braves ». Tout ce scénario me rappelle une citation sur l’industrialisme : le rythme de la vie industrielle est rapide, mais ce n’est pas le pire ; il s’accélère. L’idéal n’est pas simplement une forme déterminée d’industrialisme, avec tant d’industries stables, mais le progrès industriel ou une extension incessante de l’industrialisation. Il ne propose jamais d’objectif spécifique ; il initie une série infinie. Nous n’avons pas simplement capitalisé certaines industries ; nous avons capitalisé les laboratoires et les inventeurs, et nous nous sommes engagés à employer tous les dispositifs qui permettent d’économiser de la main-d’œuvre.

Mais un nouveau moyen d’économie de main-d’œuvre introduit dans une industrie n’émancipe pas autant les travailleurs de cette industrie qu’il les expulse. Bien sûr, aucun processus unique d’économie de main-d’œuvre n’est fatal ; il amène une période de chômage et de capital sans emploi, mais bientôt une nouvelle industrie est mise au point qui les remettra au travail et une nouvelle marchandise sera mise sur le marché. Tout pourrait bien se passer, et la stabilité et le confort pourraient encore s’améliorer, mais pour cela : en partie à cause des ambitions industrielles et en partie parce que l’impulsion créatrice refoulée doit éclater quelque part, il y aura un flot d’économies dans toutes les industries et le cycle devra être répété encore et encore.

 

Le résultat est un déséquilibre croissant et une instabilité croissante.

 

La citation ci-dessus vient de l’introduction, « Une déclaration de principes », au livre je prendrai position : Le Sud et la tradition agraire, par Douze Sudistes. Ce qui est particulièrement intrigant dans cette citation, ainsi que toute la collection d’essais dans le livre, c’est qu’il a été publié en 1930, l’année après le krach boursier, mais plus important encore, il y a quatre-vingt-cinq ans — essentiellement au coude des graphiques ci-dessus, avant que notre monde ne soit complètement épuisé par notre culture moderne, industrielle et progressiste.

C’est la beauté de la sagesse des grands Distributistes, tels qu’Orestes Brownson, GK Chesterton et Hilaire Belloc, et plus tard Monseigneur Luigi G Ligutti (auteur de Routes rurales à la sécurité). Leurs écrits nous donnent un aperçu de ce qu’était la vie au moment où la courbe commençait à s’accélérer, à l’extérieur et devant cette culture moderne dans laquelle la plupart d’entre nous ont toujours vécu.

 

Alors maintenant, quatre-vingt-cinq ans plus tard, alors que nous gravissons la crête de cette vague de progrès, comment réagissons-nous ?

 

Certains d’entre nous sont si attirés — ou oserais-je dire, accro — aux tentations toujours croissantes de notre culture moderne, industrielle et progressiste que leur réponse est de tourner le graphique de son côté. Ils considèrent cette culture économique accélérée, en constante évolution et toujours précaire comme la trajectoire inévitable de l’ingéniosité humaine — l’évolution humaine — et, par conséquent, une bénédiction palpitante qui doit être librement acceptée. Ils ne voient aucune raison de remettre en question l’une quelconque des exigences de cette culture ; ils prêchent plutôt que nous devons confier notre avenir à la trajectoire du progrès.

Notre triste situation actuelle, cependant, est qu’aucun des partis politiques en lice pour le contrôle de notre gouvernement n’a rien à offrir, sauf d’autres moyens de surmonter la vague économique accélérée.

 

Les douze auteurs agraires du sud cités plus haut proposent une conclusion différente : si une communauté, ou une section, ou une race, ou un âge, gémit sous l’industrialisme, on est donc bien conscient que c’est une disposition mauvaise, on doit trouver le moyen de la rejeter. Penser que cela ne peut pas être fait est pusillanime ou un fatalisme. Et si toute la communauté, la race ou l’âge pense que cela ne peut pas être fait, alors elle a simplement perdu son génie politique et on s’est condamnée à l’impuissance ?

Avons nous perdu notre génie politique et nous nous condamnons nous-mêmes et nos enfants à l’impuissance économique ? Comme je suis assis sur mon porche arrière, finissant ma boisson de choix, sept (le nombre biblique de la perfection) des étapes alternatives viennent à l’esprit. Concentrez-vous sur la stabilité et l’établissement.

 

2.    Se centrer sur le stable et la tradition établie.

 

Nous devons nous détourner de l’instabilité accélérée de notre culture progressive et nous tourner vers ce qui est stable et établi.

Lorsque nous sommes à l’affût de la vague de progrès économique en constante évolution, nous pouvons être dangereusement réconfortés par la vue de milliers d’autres qui chevauchent sans réfléchir à nos côtés. Ils nous persuadent qu’il n’y a rien à craindre : « La croissance économique et l’ingéniosité humaine prévaudront à la fin, et, bien sûr, Dieu ne bénira-t-il pas les fidèles qui adoptent le modernisme à tout crin ? »

Mais dans son sermon sur la montagne, Jésus a dit à ses disciples de détourner leur attention des angoisses de leur vie et de se tourner vers « les oiseaux du ciel » et « les lis des champs » (Mt 6, 26-28).

Pour moi, au cœur de la théorie distributiste se trouve le désir de faire tous les efforts pour lier nos vies et la vie de nos familles à ce qui est stable et ne change jamais, à ce qui a été là depuis le commencement et sera toujours là. Certes, en tant que chrétiens baptisés, nous ne sommes plus des citoyens de ce monde, mais de simples étrangers, pèlerins ici, qui passent par là (voir Ep 2, 19).

Jésus, cependant, ne nous a pas pris immédiatement hors de ce monde, mais nous a laissés ici pour être des témoins de la vérité (voir Jn 17:15). Ce monde, qui est notre station de route donnée par Dieu au cours de notre voyage vers notre foyer permanent, a été créé pour notre plaisir et notre subsistance (voir Jas 1:17). Quand nous nous arrêtons pour regarder dans le ciel nocturne d’une étoile, nous devons considérer que, indépendamment des changements accélérateurs autour de nous, cette étoile n’a pas changé de position dans les constellations depuis qu’elle a été créée dans l’amour par notre Père Dieu ; cette étoile était à cet endroit pour chaque personne qui a déjà vécu.

 

La nuit dernière, alors que je traversais la cour de la maison pour aller au poulailler afin de fermer les fenêtres pour la nuit, je levai les yeux vers le ciel clair de la nuit. Ursa Major était à ma gauche, et plus loin à ma droite brillait Jupiter. Les matérialistes scientifiques utiliseront tous les moyens disponibles pour étudier les étoiles, leurs origines et leurs compositions, utiliseront la technologie pour nous rapprocher d’eux, mais jamais dans leur vie, dans une génération de vies, ils ne découvriront pas la beauté et le but des étoiles et autres objets célestes jusqu’à ce qu’ils reconnaissent que derrière eux tout est lamour de notre Dieu Créateur pour le plus haut dans Sa création, l’homme.

Quand le jeune berger David était assis sur une colline il y a trois mille ans, s’occupant de ses brebis, regardant Ursa Major et Jupiter, ces cadeaux dans le ciel faisaient la même chose qu’ils devraient faire pour vous et moi aujourd’hui : attirer nos cœurs reconnaissants vers le haut, notre Dieu créateur aimant.

Dans la crainte, David a écrit ces mots :

Quand je regarde tes cieux, le travail de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as établies ; qu’est-ce que l’homme et le fils de l’homme que vous vous souciez de lui ? Pourtant tu l’as fait un peu moins que les anges, et tu l’as couronné de gloire et d’honneur. Vous lui avez donné la domination sur les œuvres de vos mains ; tu as tout mis sous ses pieds, tous les moutons et les bœufs, et aussi les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui passe le long des sentiers de la mer. O Seigneur, notre Seigneur, que ton nom est majestueux sur toute la terre ! (Ps 8,3-9)

 

On peut également détecter cette stabilité à travers l’étude patiente de la nature et de la faune. Avec les changements constants et sans cesse grandissants autour de nous, à travers l’histoire, à travers l’ascension et la chute des cultures, des empires et des civilisations, les animaux et les plantes continuent, sans se laisser décourager par tout cela. Certes, leur vie et leur existence, parfois même leur composition génétique, sont affectées par nos soins ou notre négligence, notre conservation ou notre exploitation, mais Dieu leur a accordé la liberté de questions ou de préoccupations intellectuelles. C’est pourquoi Dieu nous a donné l’intendance responsable de leurs besoins. Les tamias qui se régalent du grain répandu dans ma grange vivent leur vie dans la stabilité et l’équilibre de la nature, comme leurs ancêtres l’ont fait pendant des centaines de générations. Un moyen encore plus puissant, mais intime de croître en appréciation de ce qui est stable et établi est de contempler la simple flamme d’une bougie. L’objet le plus commun dans presque chaque sanctuaire religieux autour du monde est une bougie, et les flammes qui brûlent sur les mèches de ces bougies pendant le culte n’ont pas changé depuis la création du monde. Dans l’intimité de votre « placard de prière », allumez une bougie et regardez-la. Tout ce que vous pourriez placer d’une manière ou d’une autre a été altéré par l’homme ou la bête, formé, composé, purgé ou pollué, même une poignée de terre, mais cette flamme simple est toujours restée la même. Il scintille et bouge, car il consomme la cire et répond à l’air dans la pièce, même à ses mouvements, mais ce scintillement mystérieux — mais une étincelle de tous les feux qui font rage autour du monde — est un lien avec toutes les personnes qui ont jamais se réchauffaient, cuisinaient, lisaient, adoraient ou se faisaient porter autour d’un feu à travers l’histoire. Il nous unit au stable et à l’établi, et il nous unit à notre Créateur :

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je peur ? » (Ps 27,1).

 

Cette première étape nous donne une solide poignée pour les étapes qui suivent.

 

3.    Réduire les voix et les bruits inutiles.

 

Nous devons examiner et ensuite réduire les voix incessantes dans nos vies. Que lisons-nous ? Qui écoutons-nous ? Quels livres, magazines, émissions de télévision, émissions de nouvelles, blogs, experts Internet et commentateurs de radio remplissent chaque moment de notre éveil ?

Est-ce qu’ils nous rapprochent de Dieu et de l’indépendance ou nous incitent à vendre nos âmes le long de la voie accélérée du progrès économique et de la richesse ? Est-ce qu’ils nous encouragent à confier notre avenir aux bénéfices « certains » de nos investissements, ou nous aident-ils à voir que plus nous nous détachons de ces promesses vaporeuses, plus nous sommes libres de jouir des bénédictions du moment présent ?

Un comédien bien connu a décrit la crise qu’il a provoquée dans sa famille lorsqu’il était enfant, en écoutant l’émission radiophonique « Le cœur de poulet qui a dévoré New York City ».

Ses parents l’avaient laissé seul à la maison dans son berceau (une époque différente, un monde différent). Contre les ordres spécifiques de son père, il sortit de son berceau et alluma l’effrayante émission de radio Lights Out. Après qu’il eut été complètement terrifié par le puissant bruit du cœur de poulet battant, qui, selon le narrateur, descendait dans sa rue et se tenait maintenant devant sa porte, il étendit du Jell-O partout pour faire tomber ce monstre ! Quand ses parents revinrent, entendant le bruit sourd du cœur du poulet, son père hurla, glissa et faillit se tuer. Quand il a demandé à son fils ce qui se passait, le garçon a crié de terreur : « Le cœur de poulet vient nous manger ! »

La solution de son père ? Il a éteint la radio ! Dans le silence soudain et silencieux de leur foyer, le garçon admit d’un air penaud : « Je n’y ai jamais pensé. »

Combien de voix dans nos vies avons-nous simplement besoin d’éteindre pour faire de vrais progrès vers la stabilité et la paix Dieu promet ? Dorothy Day l’a bien dit il y a soixante-treize ans dans son journal, raconté par Paul Elite : « Éteins ta radio, range ton journal quotidien. Lisez une revue des événements par semaine et passez du temps à lire : « La vie continuerait ; d’autres continueraient à « manger, dormir, aimer, adorer, se marier, avoir des enfants, et vivre d’une façon ou d’une autre au milieu de la guerre, au milieu de l’angoisse. » Elle prierait, travaillerait et lirait des romans.

Je conduisais à travers un agréable petit village dans le centre de l’Ohio. Au stop, j’ai arrêté. L’intersection était un portrait magnifiquement préservé de l’Amérique rurale nostalgique. De l’autre côté, dans un petit parc impeccablement entretenu qui rendait hommage aux vétérans de la guerre civile de la ville, un feuillage d’érables et de chênes bicentenaires brûlait dans le feuillage d’automne.

Sous leurs branches, une adolescente est passée. Elle marcha vivement, le visage baissé, les écouteurs enfoncés, son attention uniquement sur le smartphone dans sa main, ses doigts travaillant intensément dans une conversation textuelle avec quelqu’un qui n’était pas là. Elle a atteint le coin, leva les yeux juste assez pour voir la confirmation de l’homme allumé sur le signe du passage pour piétons, puis regagna sa démarche et retourna à sa conversation. Elle a continué à travers l’intersection, jusqu’à la prochaine bordure, puis s’éloigna hors de ma vue. Elle n’avait remarqué ou montré aucun souci pour quoi que ce soit autour d’elle. Quand j’étais jeune, dans ces jours innocents avant les écouteurs, Walkman, ou même les radios à transistors, j’aurais eu peu de choses pour me distraire de ces environnements. J’aurais peut-être donné un coup de pied dans une canette ou une pierre, mais je suis sûr que j’aurais été au moins un peu curieux, peut-être même un peu observateur du parc, de la statue du soldat de l’Union, des feuilles rouges en cascade et les écureuils se précipitant frénétiquement en prévision de l’hiver. Mais cette adolescente moderne n’était pas vraiment là ; elle était à des kilomètres, et le parc et ses symboles étaient sans conséquence. Nous devons faire taire ces écouteurs pendant que nous marchons à travers la nature afin que nous puissions apprécier la beauté magnifique, ainsi que la symphonie inspirante des grillons et des oiseaux.

 

4.    Réduire les dépendances et enchevêtrements financiers.

 

Je suggère fortement de faire, ce que certains pourraient envisager des changements radicaux dans vos enchevêtrements financiers. Rien ne nous lie en tant qu’individus, en tant que familles et en tant que nation à l’emprise accélérée de notre culture économique changeante plus que nos dettes et nos investissements.

Plus nous pouvons nous désendetter et, comme nous le disent les bons Distributistes depuis des années, installées en toute sécurité sur notre propre terrain avec notre propre maison, aussi petit et maigre soit-il, plus nous pouvons nous détacher des effets de toute folie qui pourrait se produire dans notre nation ou dans le monde. Même si tous les marchés rebondissent et que nos amis remuent les doigts pour ne pas avoir placé tous nos œufs dans le panier de progrès, ils n’ont fait qu’un pas à mi-chemin vers un objectif inaccessible de « déséquilibre croissant et instabilité ». Au moment où j’écris ces lignes, il y a un mois, le marché boursier avait atteint un sommet historique, maintenant il a chuté de mille points, fluctuant de trois cents points chaque jour.

 

Au printemps dernier, j’ai quitté notre terre rurale pour me rendre dans une grande ville entourée d’immeubles apparemment sans fin. Cela m’a rappelé le mythe répandu dans les médias sur la surpopulation. Tout ce que quelqu’un a besoin de faire, c’est de voyager à travers le pays et de voir les kilomètres sans fin de territoires non peuplés pour reconnaître que le vrai problème n’est pas la surpopulation.

Le vrai problème vient plutôt de ce que tous les candidats de tous les partis ont supposé, par exemple, dans toutes les primaires de l’élection présidentielle de 2012 : que chaque Américain ait la possibilité de réaliser le rêve américain ; chaque Américain devrait pouvoir devenir membre de la « classe moyenne » (dans cette culture soi-disant sans classe).

J’aborderai cela plus en détail dans un chapitre ultérieur, mais plus nous servons les dividendes, les familles et une culture — définissant le rêve américain comme l’accumulation de plus en plus de choses (ce qui nécessite de plus en plus d’argent), plus nous avons mis nos familles et notre culture dans une spirale insoutenable du chaos politique et économique présent.

Sur cette trajectoire, le niveau de pauvreté est continuellement redéfini à la hausse, et les attentes et les « droits » augmentent proportionnellement. En conséquence, les subventions gouvernementales et les programmes de droits doivent augmenter — à ce jour, près d’un tiers de la population américaine vit de l’aide gouvernementale. Sur cette trajectoire et sous ces hypothèses, l’avortement, la contraception, l’euthanasie et les drogues qui altèrent l’humeur, et même l’adoption de relations produisant moins d’enfants, deviennent les outils nécessaires pour contrôler la population et augmenter de plus en plus au niveau matériel de la « classe moyenne ».

Dans cette quête, notre gouvernement a accumulé un déficit de 18,2 billions de dollars, augmentant à un rythme exponentiel, tout cela pour satisfaire une population affamée de matériel. Qui paiera pour cela ? Pas nous, comme Ponce Pilate, nous nous lavons les mains de toute culpabilité et passons à la tombe, laissant le paiement de cette dette à nos enfants et petits-enfants.

Au moment où j’écris ces lignes, la population des États-Unis est de 320 673 933. On estime donc que la part de chaque citoyen dans cette dette est de 56 619,74 $ !) La seule solution est pour tous, L’Amérique, de haut en bas, doit chercher sa satisfaction avec moins ; pas seulement pour les « nantis » de partager leur richesse avec les « démunis », mais pour que l’ensemble du « rêve américain » soit redéfini sur une échelle plus réaliste et durable. J’ai peu d’espoir que cela se produise en Amérique, car la dernière moitié du siècle dernier consistait à élever les attentes du droit de chacun au progrès financier et à l’individualisme.

Une fois que ce dentifrice est sorti du tube, il est impossible de le remettre en place, à moins d’une réinitialisation des attentes à travers une crise mondiale majeure, comme une dépression ou une guerre, ou par des conversions de cœur omniprésentes.

Nous ne pouvons pas faire grand-chose pour mettre un terme à tout cela, sauf en tant qu’individus et familles, comme je l’ai dit au début de cette section, « changements radicaux dans [nos] enchevêtrements financiers ».

 

Un des agrariens du sud mentionné précédemment a écrit dans son essai « La Philosophie du Progrès », encore en 1930 :

« Un fait remarquable dans l’industrie actuelle est que la grande augmentation de la production, la création de nouveaux produits et la consommation contrainte à la limite, est liée à une diminution régulière de l’emploi. L’amélioration de la technologie, comme l’a récemment souligné M. Stuart Chase, “ne peut signifier qu’une seule chose. Un tonnage équivalent de biens peut être produit par un nombre décroissant de travailleurs, et les hommes doivent perdre leurs emplois par milliers — actuellement par millions.”

Cet auteur écrivait au “coude” de la courbe, mais nous, quatre-vingt-cinq ans plus tard, nous avons seulement “progressé” plus loin dans la trajectoire de ses avertissements. Il ne savait pas à quel point il était prophétique, car quelques paragraphes plus tard il a commenté :

“Une autre guerre mondiale, que la lutte internationale pour les marchés suggère comme une perspective improbable, fournirait un soulagement temporaire.”

La Seconde Guerre mondiale, onze ans plus tard, a effectivement fourni un certain “soulagement” temporaire, mais l’industrialisation qui en a découlé n’a jamais diminué, pas plus que l’escalade de la dette nationale ou l’oscillation du chômage.

Quel “soulagement” majeur est au tournant de notre avenir ? Même l’un des acteurs les plus influents de notre culture moderne, industrielle et progressiste, Bill Gates, admet que les technologies accélératrices, dont il a participé au développement, changeront radicalement l’environnement de travail encore plus pour nos enfants et petits-enfants. Parlant à l’American Enterprise Institute à Washington, D.C., il a déclaré : “La substitution de logiciels, que ce soit pour les chauffeurs ou les serveurs ou les infirmières… [progresse]… La technologie au fil du temps réduira la demande d’emploi, particulièrement au bas de l’échelle des compétences. . . . Dans 20 ans, la demande de main-d’œuvre pour de nombreux ensembles de compétences sera considérablement plus faible. Je ne pense pas que les gens aient cela dans leur modèle mental.”

Plus nous pouvons nous détacher, adoptant ce que notre Seigneur appelle une “pauvreté d’esprit” (Mt 5, 3), des attachements au monde nous invitant de chaque côté, plus nous pouvons grandir dans l’étape suivante.

 

5.    Pratiquer la subsidiarité personnelle.

 

Je crois qu’un incroyable sentiment de liberté vient de la pratique de la subsidiarité personnelle. Dans son introduction à Fuite aux champs : la foi et les œuvres du mouvement terrestre catholique, le Dr. Tobias Lanz a donné la définition suivante de la subsidiarité sociale :

“la subsidiarité sociale… soutient qu’un individu devrait s’appuyer sur les niveaux les plus élémentaires de complexité sociale et technique pour atteindre ses objectifs. Les niveaux supérieurs ne sont sollicités que lorsque l’échelon inférieur est insuffisant à la tâche. Ainsi, en s’appuyant sur la générosité du ménage, de la famille, de la communauté et de la nature pour fournir le plus de besoins basiques que possible, les gens peuvent ainsi se libérer de la dépendance économique et du contrôle politique des ploutocrates et retrouver ainsi un minimum de dignité humaine et de liberté.”

 

En appliquant cela dans la pratique personnelle, nous pouvons examiner comment nous dépensons notre argent, où nous plaçons nos investissements.

 

Nous faisons des achats, et nous achetons nos produits, en commençant d’abord près de chez nous et ensuite seulement en s’approvisionnant à l’extérieur de nos communautés.

Notre petit village du centre de l’Ohio, d’abord une ville portuaire prospère, puis une communauté agricole, et ensuite le siège d’un fabricant nationalement connu de paniers faits à la main, se trouve maintenant à bien des égards comme une ville fantôme. Neuf magasins sur dix sont vacants. Pourquoi ? Parce que, avec le temps, tous les magasins spécialisés de longue date, appartenant à la famille et exploités qui ont fourni à la communauté avec leurs besoins corporels et plus ne pouvaient pas rivaliser avec les centres commerciaux qui vendaient des marchandises américaines à des prix plus bas. Les magasins à grande surface ont ensuite été supplantés par les super et mégas magasins qui vendaient des produits internationaux importés à des prix encore plus bas. Ces magasins ont maintenant été supplantés par les magasins Internet qui vendent leurs produits à des prix encore plus bas.

 

Comment peut-on envisager d’ouvrir un petit magasin local dans notre petit village de Backwoods quand tout ce que les villageois voudraient cultiver, fabriquer ou vendre peut être acheté moins cher non seulement dans un centre commercial local, mais aussi dans un ordinateur de bureau ? La question à vous poser lorsque vous décrochez le téléphone pour commander une pizza est la suivante : votre paiement restera-t-il dans une certaine mesure dans votre communauté, pour subvenir aux besoins d’une famille locale ou passera-t-il principalement de votre communauté à une entreprise ? Une autre ville, état, ou même pays ? Plus nous pouvons concentrer nos vies localement, près de nos familles et de nos communautés, en soutenant les efforts de nos voisins, plus nous pouvons contribuer à la sécurité de nos économies locales.

 

6.    Vivez plus simplement.

 

 

Je ne suis humblement pas la première voix des deux mille dernières années du christianisme à suggérer qu’une vie sur les traces du Christ est une vie de simplicité.

 

C’est le message constant de l’Église et des saints, ainsi que des auteurs spirituels à travers les âges, depuis que notre Seigneur en a fait la pièce maîtresse de sa nouvelle loi, son sermon sur la montagne. Donc, dans cette mesure, je n’ai pas besoin de le répéter, sauf peut-être pour souligner qu’il s’agit toujours d’un mouvement relatif — relatif à notre état de vie actuel et à notre situation actuelle : nos buts ou objectifs, notre travail, des plans, des investissements et des rêves qui mènent tous vers une vie de simplicité ? Ou bien sont-ils en complicité avec notre culture, motivés par l’autopromotion, la consommation, l’accumulation et la thésaurisation ?

Dès le début, l’apôtre Paul a averti ses disciples de s’attacher à l’appel constant à l’évangile pur et simple du Christ : de peur que le serpent séduise Ève par sa subtilité, de peur que votre esprit ne soit corrompu de la simplicité qui est en Christ » (2 Cor 11 : 3, LSG).

En effet, les voix de la tentation qui nous bombardent de toute part sont très subtiles, et il est particulièrement intéressant de noter à quel point le premier graphique de ce chapitre dépeint la bataille éternelle de l’ennemi contre la simplicité. Il a toujours été progressif et subtil, en s’appuyant sur les moyens et les technologies de chaque époque.

Aujourd’hui, cependant, l’appel de la simplicité vers le progrès est si implacable que la simple suggestion de choisir une vie plus simple est considérée comme un cri de trahison dangereux contre notre droit américain à la mobilité ascendante et la poursuite du « rêve américain ».

 

Andrew Nelson Lytle, dans sa contribution à I’ll Take My Stand, a fait ce défi aux agrariens, en 1930, de revenir à une vie plus simple :

« pour éviter les conséquences désastreuses et maintenir une vie agricole dans un impérialisme industriel, il semble y avoir une seule chose à faire pour le fermier, et en particulier pour le petit fermier. Jusqu’à ce que lui et l’Occident agraire et toutes les communautés conservatrices à travers les États-Unis puissent s’unir sur une action politique commune, il doit se priver des articles que les industriels proposent de vendre. »

 

Ce n’est pas si impossible que cela puisse paraître au premier abord, car après tout, les produits qui sont fabriqués par la machine étaient une fois fabriqués à la ferme, et quant au bric-à-brac, laissez-le pourrir entre leurs mains. Faites ce que nous avons fait après la guerre [la guerre civile] et la reconstruction : retournez à nos métiers, à notre artisanat, à notre stock reproducteur. Jetez la radio et décrochez le violon du mur. Abandonner les films pour les parties de jeu et les danses carrées. Et détourne-toi des chapons libéraux qui remplissent les chaires comme prédicateurs.

 

Rechercher un sacerdoce qui peut manifester la volonté et l’intelligence de renoncer à la science et de rechercher la Parole dans les autorités.

 

L’économiste EF Schumacher est surtout connu pour son travail séminal « Small Is Beautiful ». Une grande partie de ce qu’il a écrit et cru est applicable à presque tout ce que j’essaie de dire dans ce livre. Je voudrais cependant attirer l’attention sur son article « Technologie et changement politique », écrit en 1976, cinq ans après sa conversion à la foi catholique.

 

Schumacher a écrit :

« Comme notre société moderne est incontestablement en crise, il doit y avoir quelque chose qui ne va pas :

(a) si la performance globale est médiocre malgré une technologie brillante, peut-être que le “système” ne convient pas.

(b) Ou peut-être que la technologie elle-même ne correspond pas aux réalités actuelles, y compris la nature humaine. Je ne cesse jamais de m’étonner de la docilité avec laquelle les gens — même ceux qui se disent socialistes ou marxistes — acceptent la technologie, sans esprit critique, comme si la technologie faisait partie de la loi naturelle. »

 

En d’autres termes, les gens ont blâmé les problèmes du monde sur les systèmes gouvernementaux et politiques, que ce soit communiste, socialiste, marxiste, démocratique, capitaliste, libertaire, ou quoi que ce soit, tout en supposant toujours que les technologies naissantes dans tous ces systèmes étaient bonnes et au-delà blâme.

 

Schumacher a continué :

« Ce n’est pas la technologie ; c’est le “système”. Peut-être qu’un “système” particulier a donné naissance à cette technologie ; mais maintenant c’est un fait que le système que nous avons est le produit, le produit inévitable, de la technologie. À mesure que je compare les sociétés qui semblent avoir des “systèmes” différents, les preuves semblent accablantes : lorsqu’elles utilisent la même technologie, elles agissent de la même manière et se ressemblent chaque jour davantage. Le travail inconscient dans le bureau ou l’usine est également stupide sous n’importe quel système. Je suggère donc que ceux qui veulent promouvoir une meilleure société, parvenir à un meilleur système, ne limitent pas leurs activités aux tentatives de changer la “superstructure” : lois, règles, accords, impôts, bien-être, éducation, services de santé, etc. Les dépenses engagées pour essayer d’acheter une meilleure société peuvent être comme verser de l’argent dans une fosse sans fond. S’il n’y a pas de changement dans la base — c’est-à-dire la technologie — il est peu probable que la superstructure change vraiment ! »

 

Ce que je considère particulièrement étonnant à propos de ces commentaires, c’est qu’ils ont été prononcés au coude du graphique, irrévocablement retranchés des technologies addictives que nous connaissons aujourd’hui. En 1976, quand Schumacher a écrit, il n’y avait pas d’ordinateurs personnels ou portables ; pas de téléphones portables ou de smartphones ; pas d’iPads, d’iPods ou même de Walkman (qui ont été publiés pour la première fois en 1978) ; pas de télévision par câble ou par satellite ; pas d’e-mails ou de textos ; pas de réseaux sociaux ; pas de Nintendo, Xbox ou PlayStation ; aucune de ces technologies n’exigeait nos abonnements, mises à jour, synchronisations et une attention constante.

 

En 1976, si Schumacher avait débranché son téléphone fixe ou quitté sa maison, il aurait vécu dans un monde où il était essentiellement inaccessible et libre. Quelqu’un d’entre nous peut-il vivre un mois, une semaine ou même un jour sans aucune de ces technologies addictives ?

 

La question est : sommes-nous meilleurs et plus sages avec ces technologies, ou à cause d’elles ?

 

Notre culture est-elle devenue plus saine et plus pieuse grâce à la croissance de ces technologies ?

 

Sinon, est-ce le système, la politique, les idéologies et la superstructure de notre culture qui est le problème ?

 

Schumacher dirait que ce n’est pas le système — ce sont les technologies qui nous ont séduits, capturés et emportés.

 

Considérez ceci. Récemment à Rome, l’Église catholique a tenu un synode extraordinaire sur la famille. Comme jamais auparavant dans l’histoire, le monde pouvait suivre presque chaque mot et chaque débat de chaque comité d’évêques, et les commentaires coulaient librement. Les progressistes de toutes les allégeances espéraient que l’Église changerait ses opinions séculaires sur le mariage, le divorce, le remariage, l’homosexualité et le mariage homosexuel, et les conservateurs craignaient que l’élan culturel ne l’emporte.

Au milieu de cette couverture mondiale, un groupe catholique LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) a annoncé qu’il avait lancé un effort de lobbying pour influencer huit des évêques les plus conservateurs en Amérique. Sa littérature indiquait que ces évêques cibles étaient « les plus catégoriques dans leur rejet des catholiques LGBT, de leurs droits civils et de leur place légitime dans l’église ».

 

Il y a beaucoup de choses que j’ai trouvées troublantes quant aux hypothèses et aux efforts de lobbying de ce groupe, mais l’information la plus énigmatique qui a émergé était que les sociétés partenaires de ce groupe étaient « grandes compagnies comme American Airlines, Apple, Google, Microsoft, Bank of America, Northrop Grumman, Chevron, Lexus, Goldman Sachs, Coca-Cola et PepsiCo. »

 

Quand j’ai lu cet article, je voyageais sur American Airlines ; Je lisais sur un ordinateur Apple ; J’avais utilisé Google pour trouver l’article ; au moins la moitié du logiciel sur mon ordinateur est faite par Microsoft ; certains des investissements qui ont payé pour mon voyage sont à Bank of America ; l’avion dans lequel je volais avait probablement des pièces fabriquées par Northrop Grumman ; J’ai acheté du gaz pour mon enlèvement à la station de Chevron près de l’aéroport ; J’ai convoité l’achat d’une Lexus ; les doigts de Goldman Sachs sont partout ; et tout au long de mon voyage, j’ai bu beaucoup de coke Diet, ou Diet Pepsi si Coke n’était pas disponible. Tout ce que je fais est de fournir des fonds pour ce groupe de lobbyistes LGBT !

 

Comment pouvons-nous nous extraire de ce réseau de finances ? Est-ce encore possible ?

 

Si l’objectif du diable est de convaincre le monde de devenir tolérant à l’égard de tout style de vie concevable, cela nécessitera les attaques de nombreux groupes de pression sur plusieurs fronts. Outre le murmure diabolique que tout le monde entend dans son esprit intérieur, ces groupes ont besoin de beaucoup d’argent. Comment mieux financer leurs activités de lobbying qu’en fournissant des technologies auxquelles le monde devient tellement accro qu’il ne peut plus imaginer vivre sans.

 

Des milliers de personnes ont fait la queue toute la nuit pour être les premiers à posséder le nouvel iPhone 6, alors qu’il n’y avait vraiment rien de grave avec l’iPhone 5 ou 4 ou l’un des modèles précédents, ou même le plus basique des téléphones portables.

 

Aujourd’hui, presque chaque dollar que nous dépensons est destiné à des entreprises, en particulier à des entreprises technologiques, qui utilisent notre argent pour promouvoir des modes de vie que nous considérons comme immoraux ou contraires aux valeurs de notre foi.

 

Dans quelle mesure sommes-nous coupables de ce financement, surtout si nous avons appris à connaître les pratiques de dépenses d’une société ? Je peux entendre dans ma tête les voix mêmes d’amis qui essaient de nuancer mes préoccupations. Ils répondent simplement : « Cela a toujours été ainsi : même les chrétiens du premier siècle ont dû payer des impôts à Rome ! Et d’ailleurs, il serait impossible de vous dégager — vous devrez cesser d’acheter quoi que ce soit ! »

Est-ce vraiment le cas, sommes-nous moins compromis aujourd’hui qu’il y a 2000 ans ?

 

J’ai récemment fait une expérience que probablement n’importe qui de mon âge pouvait faire. Quand j’avais quatre ans, à la mi-vie, mes parents avaient des emplois de gestion de bas niveau auprès de la compagnie de téléphone. Mon père avait gravi les échelons d’un installateur à un superviseur, et ma mère était passée d’opératrice à ingénieur — toutes deux sans collège. Mon père venait de terminer la construction de notre maison, à partir d’une trousse Sears et Roebuck, sur un terrain d’un demi-acre dans notre petite ville du nord-ouest de l’Ohio. Avec un peu de réflexion, je pense que la liste de leurs dépenses usuelles étaient les suivantes :

  • prêt hypothécaire auprès d’une banque locale
  • prêt automobile Ford auprès d’une banque locale
  • entretien de gaz et de voitures par station-service locale
  • service d’électricité, de gaz, de déchets, de téléphone et d’eau par les entreprises locales
  • radio qui a reçu environ dix stations locales gratuites
  • un abonnement au journal local
  • taxes fédérales, d’État et locales, et les coûts de sécurité sociale et d’assurance-maladie
  • épicerie de notre marché familial

 

Tous les deux avaient des plans de retraite fournis par leur employeur. Je ne pense pas qu’ils avaient une assurance maladie ; nous sommes allés au cabinet du médecin uniquement pour les soins de crise ; sinon, le médecin a fait des visites à domicile.

 

Maintenant, je suis certain que dans les années cinquante, aucune des entreprises nationales ou locales auxquelles mes parents payaient de l’argent ne canalisait des fonds pour promouvoir des modes de vie contraires à leurs croyances ; ces sociétés ne finançaient pas encore de groupes d’action pour la promotion de l’avortement, de la contraception, de l’euthanasie, des armes à feu pour les terroristes ou du mariage homosexuel. Et aucune de ces entreprises n’était dirigée par des personnes qui faisaient ouvertement la promotion de ces problèmes. Certes, certains de ces chefs d’entreprise étaient peut-être des adultères ou des voleurs, mais ils ne préconisaient pas ouvertement ces styles de vie, et s’ils étaient surpris à commettre des actes immoraux, ils étaient généralement ostracisés, renvoyés et parfois poursuivis. Il n’a même jamais traversé l’esprit de mes parents que l’une de ces entreprises contribuerait à des organisations promouvant des modes de vie alternatifs. Ils auraient été choqués de découvrir cela — comme ils sont devenus consternés que ces modes de vie soient devenus de plus en plus acceptés, puis promus, dans notre culture.

 

Aujourd’hui, presque toutes ces entreprises sont en quelque sorte investies dans la promotion de modes de vie et de valeurs indirectement, et souvent de manière flagrante. Et en particulier, ces sociétés fournissent les services de divertissement et de réseautage très technologiques auxquels nous sommes devenus dépendants en tant que culture — oserais-je dire, accro.

 

Ce qui est le plus frappant, c’est que tout cela s’est passé dans ma vie, du coude à la l’ascension quasi verticale de ce graphique. Quelle sera notre culture pour mes enfants et petits-enfants ?

 

Nous nous noyons dans cette soupe, et il semble au-delà de nos capacités de se défaire de tout cela. Et le diable rit.

 

Je peux encore sentir que beaucoup se plaignent d’une telle attaque injustifiée contre ces technologies, qui sont devenues si omniprésentes et nécessaires dans nos vies du XXIe siècle. Mais Jésus a fait une attaque beaucoup plus audacieuse sur le mode de vie de son auditoire du premier siècle : si votre œil droit vous fait pécher, arrachez-le et jetez-le ; il vaut mieux que vous perdiez un de vos membres que de jeter tout votre corps en enfer. Et si ta main droite te fait pécher, coupe-la et jette-la loin de toi ; il vaut mieux que vous perdiez un de vos membres que tout votre corps irait en enfer. (Mt 5, 29-30) Pourquoi Jésus aurait-il fait de telles déclarations à ceux qu’Il essayait d’attirer en tant que disciple ? Il utilisait l’hyperbole pour montrer à son simple auditoire à quel point il était sérieux au sujet de la question centrale de tout son enseignement : « Vous devez donc être parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48).

 

Les théologiens à travers les âges ont essayé de simplifier, clarifier, justifier, et adoucir cette déclaration, mais l’essentiel est, comme souligné plus tard par Saint Paul, que nous sommes appelés à être saints : « Puisque nous avons ces promesses, bien-aimées, laissez-nous nettoie-nous de toute souillure du corps et de l’esprit et rends la sainteté parfaite dans la crainte de Dieu » (2 Co 7,1). Si Jésus a souligné que ce que nous faisons de nos mains et ce que nous regardons de nos yeux est crucial pour notre la croissance dans la sainteté, et par conséquent notre relation avec Lui, ne devrions-nous pas être aussi vigilants maintenant avec ce que nous tenons dans nos mains, mises sous nos yeux, ou brancher dans nos oreilles ? Chaque pas que nous prenons, même petit, simplifier nos vies — examiner de façon critique à quel point nous sommes devenus dépendants, en particulier aux technologies communicatives — est un effort pour entrer en phase avec notre Seigneur.

Chaque pas dans la rébellion contre les marketeurs qui prétendent que le bonheur vient seulement avec l’accumulation de choses inutiles, et contre les politiciens qui préviennent que le salut de notre économie et du « monde tel que nous le connaissons » dépend de cela, est un pas vers la liberté des griffes frénétiques de la culture moderne, industrielle et progressiste d’aujourd’hui.

 

7.    Considérez une vie plus autosuffisante sur la terre.

Les étapes 2 à 6 sont toutes en accord avec les enseignements de notre Seigneur et de son Église et, il est vrai, chacune requiert un sacrifice volontaire, renforcé par la grâce. L’étape 7, cependant, est seulement pour « ceux à qui cela a été donné ». C’est ce que Jésus a dit de ceux de ses disciples appelés à la vie de célibat (voir Mt 19 : 11-12). La même chose est vraie, cependant, pour ceux qui sont appelés à vivre une vie autosuffisante sur la terre. J’hésite à inclure cela dans la liste, parce que tous ne sont pas appelés à cela ; peut-être seulement quelques-uns.

 

Il y avait cependant un moment où l’on redescendait le long de la courbe abrupte de ce graphique, alors que la majorité des gens dans ce monde étaient autosuffisants ou du moins essayaient de l’être. Ils ont certes mené une vie plus simple sans pensées ni intérêt pour la mobilité ascendante. Comme l’écrivait Andrew Nelson Lytle, « une ferme n’est pas un endroit pour devenir riche ; c’est un endroit pour faire pousser du maïs. » C’est un endroit qui, lentement, se libère avec le temps.

 

Lytle a continué son défi à ceux appelés à une vie agraire : Tout homme qui cultive sa propre nourriture, abat sa propre viande, prend la laine de ses agneaux et le coton de ses tiges et en fait des vêtements, des plantes et du foin pour son bétail au carrefour des forgerons, il tire du lait et du beurre de ses vaches, des œufs de ses poulettes, de l’eau de la terre et du combustible de la forêt, peut vivre dans un monde industriel sans beaucoup d’argent.

 

Laissez-le se diversifier, mais diversifiez-le pour qu’il puisse vivre plutôt que de s’enrichir.

 

Comme mentionné plus tôt dans ce chapitre, Monseigneur Luigi G. Ligutti a fait exactement les mêmes déclarations, exactement dix ans plus tard, dans son important livre Rural Roads to Security : La troisième lutte de l’Amérique pour la liberté. Monseigneur Ligutti, secrétaire exécutif de la National Catholic Rural Life Conference de 1940 à 1959, était « le leader incontesté du mouvement de la vie rurale catholique ».

 

Il y a beaucoup trop de bonnes choses à citer dans son livre. Cette citation suffit :

« Pour avoir une indépendance économique, un homme doit être en mesure de quitter un emploi et d’aller à un autre ; il doit avoir suffisamment d’économies pour exister pendant un temps considérable sans accepter le premier emploi offert. Ainsi le paysan, malgré toute sa pauvreté et l’exploitation qu’il subit, est par rapport à ses propres besoins, l’homme le plus libre d’Europe centrale. Le fait qu’il puisse exister par son propre travail sur son propre terrain lui donne une indépendance que chaque régime dictatorial, sauf le russe peut-être, a été forcé de respecter. Mais le travailleur industriel qui a le choix entre travailler dans une usine et ne pas travailler du tout, les intellectuels en col blanc qui se battent sauvagement pour les postes et postes privés relativement peu nombreux dans la bureaucratie, sont ceux qui vivent trop précairement pour exercer leurs libertés. ou pour les défendre. Ils n’ont pas d’économies. Ils n’ont que leur travail à vendre, et il y a très peu d’acheteurs de leur travail. Plus je vois d’Europe, plus je deviens profondément convaincu que la préservation de la liberté en Amérique, ou ailleurs, dépend du maintien et du rétablissement pour la grande majorité des individus des moyens économiques de rester des individus indépendants. Le plus grand mal du monde moderne est de réduire le peuple à un niveau prolétarien en détruisant leur épargne, en les privant de la propriété privée, en en faisant les employés impuissants du monopole privé ou du monopole gouvernemental. À ce moment-là, ils ne sont plus citoyens. Ils sont une foule. »

 

Dans son livre, Monseigneur Ligutti a offert de nombreuses suggestions pleines d’espoir et pratiques pour aider les pauvres à gagner leur dignité. Plutôt que de mettre les pauvres et les chômeurs sur le bien-être et sur les coupons alimentaires, ce qui incite trop souvent les gens à abandonner leur désir de s’améliorer et de chercher un emploi, il a élaboré un plan réaliste pour aider les pauvres à devenir autosuffisants, sur leur propre petit bout de terrain.

 

Avant que sa proposition puisse à peine être testée, son livre a été oublié, parce que, l’année suivante est venu Pearl Harbor, et le « soulagement » qui a été prophétisé par cet écrivain agraire méridional plus tôt. L’espoir et les solutions pratiques de Mgr Ligutti cependant, étant donné que tant d’avertissements distributistes des années 1930 et 1940 ont été respectés — et à une accélération qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer — le défi est encore étendu à chacun de nous.

À ce stade, certains lecteurs se demandent peut-être si je me considère comme l’un de ceux à qui « cela a été donné ». Je ne peux pas nier que, même durant le temps qu’il a fallu pour écrire et réécrire ce livre, j’ai lutté sur cette question. Et peut-être qu’au moment où ce livre a atterri entre vos mains, j’aurai été conduit à une conclusion différente. Ce que j’ai réalisé est à quel point il s’agit d’une décision d’entreprise plutôt que d’une décision individuelle. Si vous êtes un ermite individuel, avec peu ou pas d’attachements, vous êtes libre de discerner par vous-même et d’initier tous les changements radicaux nécessaires pour vivre une vie autonome sur la grille. Mais, comme avec le conseil donné par le Christ dans Matthieu 19, si vous êtes marié et avez des enfants et des petits-enfants, les permutations d’attachements et de responsabilités rendent exponentiellement plus difficiles ces types de changements contre-culturels — spécifiquement les moyens de discerner l’appel de Dieu à cette vocation.

 

Quant à Marilyn et à moi, nous avons parcouru une distance incroyable sur la route de l’autosuffisance, mais la famille élargie et d’autres responsabilités, ainsi que mes propres convictions déroutantes, laissent la trajectoire de notre autosuffisance entre les mains de Dieu.

 

8.    Passez plus de temps pour Dieu.

Compte tenu de tous les changements suggérés ci-dessus, nous pouvons maintenant nous concentrer sur ce qui est le plus important : prendre plus de temps pour parler et écouter Dieu.

 

Non pas que nous devions attendre jusqu’à ce que nous ayons terminé les six premières étapes avant d’embarquer sur le septième goudron ! Au contraire, prendre du temps pour Lui est notre devoir perpétuel, et les six étapes précédentes peuvent faciliter cela.

 

En se concentrant sur ce qui est plus stable, et pas toujours en mouvement et insaisissable ; en fermant nos esprits aux milliers de voix contradictoires et récalcitrantes autour de nous ; en nous libérant du contrôle serré et des angoisses de la dette et des investissements incertains ; en investissant nos vies dans le monde immédiat qui nous entoure, le monde spécifique dans lequel Dieu nous a plantés ; en choisissant de faire des pas vers une vie de simplicité évangélique ; et, pour ceux « à qui cela a été donné », en cherchant une vie d’autosuffisance sur sa propre terre, nous pouvons devenir plus libres de communier avec Dieu dans la prière, de méditer sur Sa Parole dans les Écritures, d’entendre sa voix dans la liturgie, et de recevoir sa grâce et son pardon — Son soi même dans les sacrements.

 

Nous pouvons devenir plus libres de reconnaître les empreintes de Son amour dans la nature, et de devenir plus efficacement les personnes qu’Il a créées à Son image.

Saint Paul a promis : « N’ayez aucune inquiétude à propos de quoi que ce soit, mais en toutes choses, priez et suppliez être fait connaître à Dieu. Et la paix de Dieu, qui dépasse toute compréhension, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus » (Phil 4 : 6-7).

 

Comme je me prépare à me retirer de notre porche arrière pour la nuit, je pense qu’il est important de conclure ce chapitre avec un avertissement ; en fait, celui que Saint Paul a donné : « Ce n’est pas que j’aie déjà obtenu ceci ou que je sois déjà parfait ; mais je continue à le faire mien, parce que le Christ Jésus m’a fait sien » (Phil 3 h 12).

 

Je suis certainement loin de terminer l’une de ces sept étapes, en particulier la dernière, mais ma femme et moi avons fini par croire que ce sont des objectifs importants pour nous en tant que famille. Alors, priez pour nous et nous prierons pour vous.